Fôtes

Je voulais contacter un collègue qui avait envoyé un email à près de 200 personnes, dont le sujet d'une petite ligne comportait trois fautes d'orthographe flagrantes. D'autant qu'il risquait de récidiver, l'occasion devant se reproduire.

On m'a fait la remarque que cela ne servait à rien (l'email était envoyé) et qu'il n'était pas nécessaire de l'accabler.

Juste remarque.

Le savoir se monnaie. Je ne vais pas travailler pour rien.

Et citons Audiard. Mieux que Confucius, il y a une citation d'Audiard pour chaque circonstance importante de la vie : "Je ne parle pas aux cons, ça les instruit."

::

Aucun commentaire: